Comment les lunettes corrigent la vision ?

Vos lunettes vous aident à voir de manière nette. Ce sont tout simplement des lentilles optiques, qui corrigent les défauts de l’œil. Mais concrètement, comment ça marche ?

Corriger un défaut de l’œil

Pour bien comprendre comment les lunettes corrigent, il faut d’abord avoir une idée de comment l’œil fonctionne. En résumé, à l’intérieur de l’œil se trouve plusieurs lentilles – les principales sont la cornée et le cristallin – qui font converger les rayons lumineux. C’est lorsqu’il existe un défaut dans la forme ou la fonctionnalité ces lentilles, ou lorsque l’œil en lui-même présente un défaut de longueur, qu’une correction devient nécessaire.

L’œil fonctionne ainsi comme un appareil photo. L’objectif de l’appareil photo comporte différentes lentilles, qui dirigent les rayons lumineux composant l’image que vous voulez immortaliser, afin qu’ils se croisent au même endroit : très exactement sur la pellicule (ou sur le capteur de l’appareil photo numérique). Pour cela, la forme des lentilles est soigneusement étudiée, et la distance entre les lentilles peut être ajustée pour « faire le point ».

L’œil fonctionne de la même façon : tous les rayons lumineux doivent converger exactement sur la rétine (placée au fond de l’œil), qui est notre « capteur ». Si les lentilles n’ont pas une forme adaptée, ou si l’œil n’arrive pas à « faire le point », l’image va se former trop « en avant » de la rétine, ou au contraire les rayons lumineux convergent sur un point situé derrière la rétine. Dans les deux cas, l’image sera floue. Mais rassurez-vous, des lunettes ou des lentilles de contact peuvent généralement régler le problème !





Une courbure en plus pour plus de netteté

En effet, les lentilles de contact ou verres ophtalmiques ont pour mission de dévier les rayons avant qu’ils ne rentrent dans votre œil. De cette manière, ils réalisent une partie du travail que votre œil n’est pas capable d’accomplir, et participent à faire converger les rayons lumineux sur la rétine

Pour obtenir une bonne correction, il faut d’abord identifier les défauts de votre vision, et établir une ordonnance, grâce à laquelle l’opticien pourra vous proposer des verres capables de compenser votre défaut de vision.

Selon le matériau utilisé pour fabriquer les verres correctifs, leur épaisseur et leur courbure, les rayons lumineux seront déviés de façon différente. La fabrication doit donc être très méticuleuse et précise, afin que tous les rayons passant par vos lunettes, puis votre œil, se croisent en un même point sur la rétine.

A noter : Pour une première fois, il est obligatoire de consulter votre ophtalmologiste, qui analysera vos yeux en détail et établira une ordonnance. Ensuite votre opticien pourra renouveler cette prescription dans certains cas.

Aux maux complexes… des moyens complexes !

Cette correction est relativement aisée lorsqu’elle s’applique aux troubles de la visions les plus simples. Mais pour traiter des problèmes plus compliqués, la conception du verre correctif est elle aussi complexe. Par exemple, la presbytie se corrige à l’aide de verres multifocaux ou progressifs, qui dévient les rayons lumineux différemment en partie haute et en partie basse, afin de corriger spécifiquement la vision « de loin » (en haut du verre) ou « de près » (en bas du verre). Pour cela, la courbure diffère en différents points du verre : une prouesse technique, que réalise quotidiennement votre opticien Atol.