Mon Panier

Vous n'avez pas encore d'articles dans votre panier.

Les aides pour les déficients visuels

Les aides pour les déficients visuels

La prise en charge du déficient visuel est plus large que la simple prescription d'un système optique. Bien souvent elle se fait de façon conjointe entre l'ophtalmologiste, le psychologue, les auxiliaires de vie, l'opticien et l'orthoptiste.

  • Les aides optiques sont nombreuses et permettent une prise en charge personnalisée de chaque malvoyant.
  • En parallèle, un travail orthoptique permet d'éduquer le malvoyant à utiliser les parties non atteintes de son champ de vision.

L'amélioration des contrastes

La première solution pour aider le malvoyant est d'améliorer sa vision des contrastes. La rétine centrale est dédiée à la perception des contrastes, qui sont directement en relation avec l'acuité visuelle.

>> Meilleurs seront les contrastes, meilleure sera l'acuité visuelle.

L'utilisation de la lumière

La lumière permet de renforcer le contraste et donc d'améliorer le confort et les capacités visuelles. Il est fondamental pour le malvoyant d'utiliser des éclairages directs sur le plan de lecture afin d'améliorer son confort.

>> De nombreuses lampes spécifiques peuvent, en complément d'un pupitre de lecture, être un équipement de choix pour aider la personne.

L'usage des filtres sélectifs

Ces filtres qui disponibles dans plusieurs teintes. Ils ne sont pas spécifiques à telle ou telle pathologie et le malvoyant devra choisir celui qui lui apporte le gain de vision et de confort maximal.

>> À l'extérieur, ces filtres peuvent, en plus, permettre de diminuer l'éblouissement souvent présent avec les pathologies de la rétine.

Le grossissement des images

L'une des aides de première intention à destination du malvoyant est de grossir l'image des objets qu'il regarde.

  • L'augmentation de la taille d'une lettre permet de diminuer l'acuité visuelle requise pour la déchiffrer.
  • Le grossissement permet également de faire sortir certains éléments de la zone de non-vision (voir schémas ci-dessous) pour que le malvoyant en prenne conscience.

>> Les solutions pour grossir les images sont nombreuses, et suivant le handicap visuel, on s'orientera vers l'une ou l'autre.

Le rapprochement des objets

Un des premiers systèmes "grossissants" consiste à rapprocher l'objet fixé. Surtout efficace au début de la malvoyance, il permet également à la personne de prendre conscience qu'elle a encore des capacités visuelles.

Les loupes optiques


Les loupes optiques

Leur fonctionnement est similaire à celui des loupes classiques. Disponibles en plusieurs grossissements (2x à 15x), elles permettent d'apporter une solution à chaque stade de la maladie. Certaines intègrent un système d'éclairage, ce qui permet de renforcer le contraste d'un texte. L'aspect psychologique est important pour le malvoyant : "Ce n'est pas la loupe la plus forte, j'aurai encore une solution quand celle-ci ne marchera plus !".

A savoir
Le choix de la puissance de la loupe se fera toujours en faveur du plus faible grossissement qui apporte le meilleur confort : plus la puissance de la loupe est importante, plus le champ de vision est réduit et la stabilité difficile à atteindre.

Les loupes électroniques

C'est la version électronique des loupes mécaniques, qui permet des grossissements plus importants. Certaines autorisent la modification du contraste des lettres (bleu, jaune, …) en fonction de la sensibilité du malvoyant, ce qui facilite la perception et la lecture.

 

>> Pour la lecture, elles se posent directement sur le support, ce qui permet au malvoyant de conserver la liberté de ses deux mains.

Le système microscopique

Le système microscopique

C'est une paire de lunettes équipée de verres très grossissants pour des besoins ponctuels en vision de près. Son inconvénient majeur est la distance d'utilisation, qui est parfois très faible.

Le système télescopique

C'est un système grossissant qui peut se fixer directement sur la paire de lunettes. Il nécessite une grande stabilité mais permet facilement une utilisation en vision extérieure (panneau, prix, …) et intérieure (télévision ou lecture de carte).

Le système télé-agrandisseur

Utilisant un système de caméra, il permet de retranscrire les données d'un texte ou d'une image sur un téléviseur, un ordinateur ou un écran. La puissance de grossissement est ajustable ainsi que le contraste, qui peut varier selon la sensibilité du malvoyant (lettres sur fond bleu, jaune, …).

>> Généralement équipé d'un plateau de translation, il permet de garder une parfaite mise au point tout en bénéficiant d'un champ de vision élargi.

Le réapprentissage de la vue

Bien souvent, lorsque la rétine est endommagée, les zones utilisées pour différentes tâches de vision ne sont plus fonctionnelles. Il est alors nécessaire d'apprendre, auprès d'un orthoptiste, à utiliser une zone saine et légèrement excentrée de sa rétine. Cette rééducation de la "manière de voir" est généralement réalisée en parallèle de l'utilisation d'un système optique grossissant. Ce dernier est d'autant plus nécessaire que plus l'on s'éloigne de la vision centrale, plus l'acuité visuelle est faible.

>> Cette rééducation arrive bien souvent à un stade avancé de la maladie et le handicap visuel est déjà très important.

A savoir
Nos conseils pratiques pour l'utilisation de vos aides visuelles

  • Pensez à bien éclairer votre surface de travail pour améliorer encore les contrastes.
  • Utilisez un pupitre pour stabiliser votre document, vous gagnerez en confort.
  • Choisissez l'aide visuelle qui vous apporte le plus de confort et qui répond le mieux à vos besoins.

>> Ne vous découragez pas, l'utilisation des appareils nécessite un certain temps d'apprentissage.

Plusieurs intervenants peuvent vous aider dans la gestion de votre déficience visuelle, n'hésitez pas à demander conseil, notamment auprès de votre opticien Atol, et à expliquer vos troubles.

La presbytie concerne aujourd'hui plus de 22 millions de personnes en France. Évolution naturelle, vieillissement inévitable du cristallin, elle concerne chacun d'entre nous à partir de 40 et 50 ans. Totalement indépendante des autres défauts visuels (myopie, hypermétropie ou astigmatisme), elle se caractérise par des difficultés croissantes à voir net en vision de près.